Nous pouvons classer la migration des données en 2 grandes catégories.

1- Migration de l’infrastructure

Le terme « migration de l’infrastructure » fait référence au processus de migration de toutes les couches de la plate-forme informatique ainsi que des applications qui soutiennent les fonctionnalités de l’entreprise. Ce type de migration est un exercice plus complexe qui a le potentiel d’avoir un impact significatif sur l’ensemble des opérations informatiques plus que d’autres stratégies.

Une migration d’infrastructure peut inclure des modifications des éléments suivants :

_ Les applications qui soutiennent la fonctionnalité métier.

L’infrastructure applicative qui prend en charge les applications, comme les serveurs web, les serveurs d’applications, les intergiciels et la technologie des bases de données.

Produits tiers fournis par des fournisseurs indépendants de logiciels (ISV)

Plateformes de calcul et de stockage, par exemple SAN ou stockage attaché.

Infrastructure de réseau

l’infrastructure des installations, comme l’alimentation, la ventilation et le refroidissement.

Politiques de gestion

Outils de surveillance et de gestion du système

scripts écrits localement pour gérer les applications et les données.

2- Migration des applications

Le terme « migration d’applications » s’applique aux applications plutôt qu’à l’infrastructure. Il s’applique généralement aux applications écrites sur mesure et fait référence à la modification ou à la normalisation du code d’une application. Son objectif est de recompiler et de déployer sur une nouvelle plateforme matérielle qui supporte un système d’exploitation (OS) différent.

La migration d’applications est intimement liée à la modification de la base de code d’une application pour permettre la reproduction de la fonctionnalité fournie par les interfaces de programmation d’applications (API) du système d’exploitation existant et des produits logiciels de soutien dans le nouvel environnement cible.

La migration des applications est davantage un effort mécanique visant à rendre l’application compatible avec le nouvel environnement. Elle nécessite l’intégration de l’application à un nouvel environnement de développement, ainsi qu’à un nouveau système d’exploitation. Alors que le code source, les scripts et les données sont déplacés, les compilateurs, les dépôts de code source et les outils logiciels sont remplacés par des versions avancées compatibles avec la plate-forme cible.

Lors de la migration d’une application, il faut également procéder à la migration de tout logiciel tiers de soutien. Si le logiciel n’est pas disponible sur la nouvelle plate-forme, il faudra trouver et intégrer un logiciel similaire dans l’application. Si l’intensité de l’intégration devient excessive, la migration peut commencer à ressembler moins à une ré-hébergement et plus à un effort de ré-architecture.